Les prisons en France, c’est comme à l’hôtel !

À regarder certaines émissions télévisées, c’est à se demander si les prisons françaises ne seraient pas un peu trop confortables pour des gens qui ont pourtant fait des trucs pas très cool.
Mais que se cache-t-il vraiment derrière ces hauts murs barbelés (et crustacés)?


10000prisonsbleuC’est le nombre de places manquantes en prison pour accueillir la totalité des détenus (oour info, on compte en France 62 318 personnes détenues) (1). Cette surpopulation carcérale oblige ainsi 60% des détenus à partager une même cellule avec une ou plusieurs personnes, dans un espace réduit (2).


11m2

C’est, en théorie, la superficie dont doit disposer un détenu en prison. En raison de la surpopulation carcérale, cet espace peut toutefois être occupé par deux ou trois détenus, voire plus. (2)


tombeLe taux de suicide dans les prisons françaises est deux fois supérieur à la moyenne constatée dans les  prisons des 47 pays membres du Conseil de l’Europe. (3)


1920

Le parc pénitentiaire français est délabré et vétuste : sur 188 établissements pénitentiaires, 109  ont été construits avant 1920. (4)


80%

En 2004, 80% des détenus masculins (et 70% des détenues féminines) présentaient au moins un trouble psychique, et le plus souvent plusieurs. (5)



LE MOT DE LA FIN

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, et, pour la route (et élever le débat), en voici un dernier : 63%. C’est le nombre de sortants de prison qui y retournent après cinq ans. Effectivement, la prison c’est un peu comme à l’hôtel : on finit toujours par y retourner un jour ou l’autre!


Sources

(1) Ministère de la Justice, Statistiques mensuelles des personnes écrouées et détenues en France, mai 2015.

(2) Le Monde, La cellule individuelle en prison, un droit encore repoussé, décembre 2014.

(3) Huffington Post, Surpopulation carcérale, vétusté, manque de personnel : les prisons françaises vont mal, août 2013.

(4) Rapport d’enquête du Sénat, Les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires en France (Tome 1), 1999-2000.

(5) LDH (Ligue des droits de l’homme) de Toulon, Un rapport accablant sur le nombre de malades mentaux en prison, décembre 2004. 

Illustration par Freepik.com

 

Illustration par Freepik.com

Categorie: Société